Aujourd’hui, c’est un grand jour ! C’est en effet en ce vendredi 26 janvier 2018 que débarque déjà un des jeux qui marquera notre année de gamer, un jeu qui finira à coup sûr dans mon Top 5. Parlons peu, mais parlons bien de Dragon Ball FighterZ !

L’attaque des clônes
J’ai eu le privilège de recevoir le jeu huit jours avant sa sortie en commerce, et j’ai déjà pu passer “quelques” temps (j’estimerai ça à 15 ou 20 heures) pour me faire un bon avis sur ce que Dragon Ball FighterZ a dans le ventre. Après vous en avoir parlé ici et , la flamme née entre les salons et le test des beta reprend de plus belle. Il faut savoir que je joue hyper rarement à des démos ou des beta, ayant tellement de jeux en retard tout le temps, mais Dragon Ball FighterZ (lire “Fighter zzz” et non “Fighter zède”) a été la très bonne exception qui confirme la règle. J’aime généralement jouer aux jeux de combat de temps en temps, et je suis un grand fan de Dragon Ball, mais rares sont les jeux de cette licence qui m’ont donné envie d’y jouer longtemps. Vous l’aurez vite compris, cette nouvelle adaptation va me faire changer d’avis, déjà parce qu’on peut faire confiance à Arc System Works (studio japonais réputé pour la série des Guilty Gear) qui n’en est pas à son coup d’essai, mais aussi parce qu’il s’agit du meilleur dessin animé du monde (oui, c’est très objectif !), et que les développeurs semblent avoir respecté la licence comme rarement cela a pu être fait.

Commençons par les modes solos. Bien qu’elle amène une (trop) longue série de combats dans laquelle on s’ennuie un peu, l’histoire n’a pour seul intérêt que d’apporter un tout nouveau perso à l’univers : C-21. Ce nouveau cyborg féminin très charismatique et à mi-chemin entre un scientifique et Boubou dans certains attributs (je n’en dis pas plus) qui sera là pour vous envoyer des clones de personnages, et l’intérêt de ce mode solo sera surtout d’arriver au bout pour la débloquer. Les combats seront parsemés d’une histoire parfois intéressante, dans laquelle on retrouvera des alliances improbables où les ennemis d’hier se retrouveront alliés, toujours pour essayer de faire mal, à moins qu’on passe parfois du côté obscur…

Trois contre toi
Le mode Arcade a quant à lui plus d’intérêt. Avec une difficulté croissante, il faudra gravir les 3, 5 ou 7 étapes en essayant de faire les plus beaux combats possibles, et ainsi améliorer son score et sa note après chacun de vos combats, histoire de vous comparer avec les copains. Cerise sur le gâteau, de bonnes notes en fin de parcours vous permettront d’aller (au mérite) débloquer Vegeta Super Saiyan Blue et Son Goku Super Saiyan Blue. Si cela vous parait trop dur, il aurait toujours fallu faire une précommande du jeu (ou encore l’acheter par ici, si vous n’étiez pas convaincu jusque là), ou encore accumuler des zénis, car passé les 300K et 500K collectés, ils seront également déblocables.

Evidemment je ne vous cache pas que tout l’intérêt residera dans le mode multijoueurs (off ou online), pas encore ouvert au moment où j’écris ces lignes, mais j’espère sincèrement que les serveurs tiendront le coup, et que Bandai Namco mettra les moyens pour être à la hauteur de cette perle qui vient de débarquer sur nos consoles.

À l’image de son hub chiant à l’époque, ici rien à voir avec ce qu’on a pu découvrir sur un Xenoverse dans lequel je m’étais très vite ennuyé. Il s’agit là d’un jeu au gameplay en 2D, où deux équipes de trois personnages s’affrontent (comme dans un Marvel VS Capcom par exemple), où il faudra apprendre à switcher entre ses persos, réaliser des combos, se faire assister, etc. jusque descendre à zéro les trois barres de vies ennemis. À vous de jouer avec votre barre de Ki (remplissable jusqu’à 7 fois) et sortir vos attaques spéciales utilisant une barre pour les petites, ou trois pour les plus grosses, toujours dans le but de faire bien mal à l’adversaire.

Juste… WAHOU !
La force du gameplay, est de réussir à proposer des combats où les débutants arriveront très vite à s’amuser, sans pour autant (et évidemment) délaisser les joueurs réguliers où le skill sera utile afin d’enchaîner des combos bien plus puissants que ceux de base. C’est punchy, c’est rapide, c’est agréable à jouer comme à regarder (même si ça peut parfois être un peu brouillon au premier coup d’œil), mais c’est clairement une pu**** de claque visuelle… à chaque partie !

À ma connaissance, jamais un jeu Dragon Ball n’a été aussi beau, notamment de part sa fidélité et c’est ultra jouissif d’y faire le moindre combat. D’ailleurs, je dois vous avouer que même lorsqu’on prend cher, ça reste magnifique, les animations sont parfaitement fluides, et aujourd’hui encore il est toujours aussi compliqué pour moi de d’être réglo quand je me dis “allez, un dernier combat !“. Des détails kiffants sont omniprésents, que ce soit dans les dialogues ou jusque dans les vidéos d’intro ou de finish (un article vous illustre ici comment les obtenir), et c’est du vrai fan service bien propre qui gênera nullement les joueurs totalement étrangers au dessin animé… mais qui êtes-vous !?

C’est l’heure du tournoi !
J’apprécie notamment la hype (méritée) pour ce jeu est grande, et même si j’ai tout plein de copains gamers, rares sont les moments où on est tous à fond sur un jeu en même temps, et pourtant une très grande majorité de mon entourage est déjà convaincu, et j’ai envie de jouer… avec tout le monde ! J’ai vraiment essayé de me concentrer sur la partie offline, chose que je vais continuer à faire dans les jours à venir, avant d’aller vers le online, mais j’ai hâte de mesurer mon niveau face à des vrais joueurs, car à force on commence à identifier des failles de l’IA, ce qui est normal. J’espère que le temps pour trouver un adversaire sera raisonnable, que le matchmaking sera juste, et surtout que les rage quit seront punis, pour faire des combats agréables, dans les règles de l’art !

Mais je mise sur une communauté qui saura apprécier à sa juste valeur, toutes les qualités de ce titre qui en font à mes yeux le meilleur jeu Dragon Ball sorti sur console. Je pense sincèrement que les si les fans de Dragon Ball avaient réussi à trouver 7 boules de cristal et qu’ils avaient du faire le vœu d’accueillir un Dragon Ball, ce FighterZ aurait sûrement été réclamé !

Trophées
Même si un premier guide annonce (sans doute à tort !) qu’il faudra jouer pendant 200 heures afin d’obtenir le platine, cela ne m’empêchera nullement de le faire. Déjà, ce dernier ne se base pas sur le fait que les serveurs online n’étaient pas encore ouverts jusqu’à hier soir tard, et je suis persuadé qu’on devrait avoir pas mal d’événements réguliers apportant plus de zénis qu’à l’accoutumée.

Trophée Platine Trophées Or Trophées Argent Trophées Bronze Voir la liste des trophées pour Dragon Ball FighterZ Trophées Bronze Trophées Argent Trophées Or Trophée Platine

Et donc ?
Un magnifique hommage au meilleur dessin animé du monde, dans un jeu qui répond aux attentes des fans comme aux joueurs de combats, qui ne s’attendaient sans doute pas à un tel bijou. Je plains les successeurs de ce Dragon Ball FighterZ, car il semble vraiment compliqué de faire mieux que ça.

Note : 9/10 (test réalisé par JohnCouscous)

[TEST] Dragon Ball FighterZ sur PS4

Mis à jour le

Étiqueté avec :                                        

9 pesnées sur “[TEST] Dragon Ball FighterZ sur PS4

  • 27 février 2018 à 0 h 15 min
    Permalien

    Bonjour ,mon personnage préféré est son goût et je paticipe pour mon petit fils
    J adore disputer des parties avec lui de temps en temps même si je ne le voit pas souvent
    Cela me rappelle les dessins animés que regardais son père et ses tantes
    Je droite les doigts

    Répondre
  • 27 février 2018 à 0 h 16 min
    Permalien

    Je veux dire son goku. Excusez moi j ai fait une erreur sur min clavier

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :