Je l’attendais avec beaucoup d’impatience, Little Hope débarque sur PS4 (et ailleurs) et… je l’ai déjà terminé ! Voici mon récit d’une aventure, parfois un peu flippante !

Little Hope PS4

Avant toute chose : J’ai vraiment envie de vous éviter tout spoil de l’histoire, mais dans le cas où vous voudriez en savoir un tout petit peu plus, n’hésitez pas à regarder la bande-annonce de lancement de Little Hope PS4.

Ici trouille ?

Quoi de mieux qu’une soirée Halloween confinée pour streamer (sur ma chaîne Twitch) l’intégralité de l’aventure sur Little Hope sur PS4, le 2ème titre de la série de The Dark Pictures Anthology, sorti il y a quelques jours (le 30/10) sur PS4 et Xbox One. Si vous aviez apprécié Man of Medan (ou encore Until Dawn), vous devriez forcément jeter un œil au nouveau projet de Supermassive Games, qui on le sait déjà, ne sera pas le dernier. Une fois n’est pas coutume, on repart dans un slasher vidéoludique totalement indépendant du premier opus, lors duquel une “sortie scolaire” en bus lors de laquelle un chauffeur va guider les cinq personnages que vous allez incarner (un professeur et ses quatre étudiants) jusqu’à se retrouver perdus dans la ville logiquement isolée de Little Hope. Forcément, on sait très vite que tout ne va pas se dérouler comme espéré, et c’est sans surprise que vos différentes décisions auront un impact sur la suite du scenario. En même temps, prendre le bus de nuit, avec juste quelques étudiants, c’est à peu près sûr que ça ne va pas être de tout repos !

Comme dans les anciens opus, cette histoire narrative vous poussera à faire des choix déterminants pour définir quels seront les destins et relations entre les personnages. Il faut vraiment le vivre comme un (long) film dont vous êtes le ou les héros. À force de jouer à ce genre d’aventure, on arrive à se rendre compte que certains choix ne sont qu’illusoires, mais d’autres le sont nettement moins et c’est parfois dans la précipitation qu’on sait d’avance qu’un truc va mal se passer, quoi qu’on décide. J’ai très vite été happé par le début de l’histoire notamment grâce à une intro bien rythmée qui nous apprend doucement les mécaniques de gameplay, et que j’ai trouvé disons… très prenante (pour vous laisser la surprise) !

Mon test Little Hope sur PS4

Croix, carré… Y ?

Il ne vous faudra pas une grande expérience de jeux vidéo pour réussir à savourer cette histoire, à l’exception d’une chose : connaître le placement des touches sur votre manette. En effet, vous aurez parfois à peine plus d’une seconde pour appuyer sur la bonne touche au bon moment, même si on nous prévient un petit instant avant que l’on va devoir appuyer sur un bouton. Étant donné que je jouais sur une console vierge de sauvegarde d’un jeu Supermassive Games, je pense qu’il aurait été appréciable de proposer à l’utilisateur sa connaissance avec les touches de sa manette (comme le faisait le génial Heavy Rain, en passant) pour envisager d’adapter le gameplay en conséquence, même si très honnêtement ça n’est pas moi que ça dérange.

Toujours est-il qu’en dehors des rares pseudos phases de déplacements pas hyper sexy, on va surtout devoir intervenir sur des quick time events dont je parlais plus haut pour se sortir de situations délicates, et éviter qu’il nous arrive des bricoles. Dernier type d’interactions possible en dehors d’objets à toucher / lire / ramasser pour en savoir plus sur la vie de Little Hope, il y a des séquences de rythme suffisamment stressantes pour nous empêcher de décrocher de l’histoire où une simple vibration réussit à recaler notre rythme cardiaque et s’imprégner de l’ambiance, plutôt angoissante. Paradoxalement, j’ai particulièrement apprécié les phases de “slow-mo” pour nous indiquer les changements de personnages dans des scènes intelligemment rythmées. Je pense que j’étais beaucoup plus stressé durant ces phases, les mains crispées sur ma DualShock 4 pour éviter de louper un QTE !

Little Hope sur PS4

La nuit, tous les chemins sont gris

Côté visuel, sans même avoir comparé avec Man of Medan, j’ai eu le sentiment que le moteur avait légèrement été peaufiné, car j’ai même trouvé que les expressions faciales étaient encore un peu plus travaillées, donnant un réalisme plus que correct sur les sentiments de nos protagonistes. Ayant joué sur une PS4 simple, j’ai trouvé ça relativement propre, du moment suffisamment immersif en jouant la nuit, lumière éteinte, avec un casque audio sur les oreilles. C’est peut-être le moment idéal pour préciser que je n’ai pas trop été sujet à des jump scares (disons que j’en ai vraiment eu 2), mais je sais que certaines personnes pourront être surpris un peu plus que ça. Donc âmes sensibles… euh, bah faites gaffe, hein !

Sur l’aspect sonore, le jeu dispose d’un casting de voix françaises que j’ai trouvé super cool, même si la synchro avec les bouches des personnages est parfois un peu bancale (car sûrement doublée sur l’anglais, mais bon). Je pense notamment aux voix de Dorothée Pousséo (Les Mondes de Ralph, Harley Quinn, etc.) ou encore Benoît Allemane (VF de Morgan Freeman) pour ne citer qu’eux. En revanche, j’ai même vécu une scène qui m’a fait buguer car un (seul) des perso parlait en anglais, sans doute un oubli de traduction dans la précipitation (j’ai testé l’aventure avec le patch 1.03, peut-être que cela a été mis à jour depuis), même si cela n’enlève rien à la qualité du reste.

Une ou plusieurs histoires, seul ou à plusieurs

Dans les Dark Pictures, il y a toujours trois façons de jouer. Sur Man of Medan, j’avais uniquement fait à deux joueurs online (avec chacun nos personnages incarnés séparément, et des choses à se raconter) ou en mode canapé (de deux à cinq, à se passer la manette pour chaque perso). Sur Little Hope, j’ai (enfin !) essayé la dernière de possibilité : Jouer tous les persos, tout seul, comme j’avais eu l’habitude de faire avec Until Dawn. Et du coup, j’ai fait quelque chose que je n’avais jamais fait jusque-là, le commencer et le terminer dans une même session, ce qui m’aura pris environ 5 heures au total (si on retire le temps d’interaction avec le chat Twitch), et très honnêtement je n’ai pas vraiment vu le temps passer.

Dark Pictures Anthology - Little Hope PS4

Finalement, ça fait peut-être un peu long pour une soirée canapé avec des copains (quoi que…) mais je trouve ce temps relativement idéal surtout pour un prix plus que correct26,99€ par exemple chez Sogamely, qui m’avait livré le jeu la veille de la sortie !). D’ailleurs, je compte vraiment me refaire l’histoire avec une façon différente de jouer, et la partager avec au moins une personne, car je sais que ça sera toujours intéressant de la revivre différemment… et ouais ok, peut-être que c’est aussi un bon prétexte pour essayer de me débloquer tous les trophées au passage !

Et donc ?

Pour finir, je me rends déjà compte que j’ai préféré ce Little Hope sur PS4 par rapport à Man of Medan, car j’ai le sentiment d’avoir plus vite envie d’y revenir pour voir ce qu’il aurait pu m’arriver d’autres selon les personnages. Malgré un gameplay moyen, mais grâce à un doublage et une ambiance de qualité, c’est une histoire idéale pour passer une (longue) soirée canapé, seul ou entre amis. J’ai déjà hâte d’y retourner, et aussi impatient de découvrir ce que le 3ème opus House of Ashes nous réserve, normalement prévu pour 2021.

Note : 7/10 (test réalisé par JohnCouscous)

Little Hope : Test du jeu The Dark Pictures Anthology sur PS4
Étiqueté avec :                                        

Un avis sur « Little Hope : Test du jeu The Dark Pictures Anthology sur PS4 »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :