Cela fait aujourd’hui 6 mois tout pile que la première APK de l’application Pokémon GO est disponible, et j’avais envie de faire un petit bilan de mon utilisation du jeu phénomène de l’été passé.

Il était une fois, un Pokémon
Je n’avais jamais pris le temps de parler un peu sérieusement de Pokémon GO ces 6 derniers mois (sauf dans mon top 10 de jeux vidéo sur 2016), sans doute pour ne pas faire comme beaucoup (trop) de sites, et pourtant… Je me souviens encore de ce jeu que j’ai commencé à télécharger « par curiosité » le 6 juillet 2016, et pour lequel je ne pensais pas y jouer « plus de 2 jours », un peu comme quand Hearthstone a débarqué sur smartphone finalement 😉

À la base, je ne suis pas spécialement fan de Pokémon, et le seul auquel j’avais vraiment joué, c’était le bleu à l’époque de la GameBoy en N&B (que j’ai d’ailleurs racheté en version japonaise il y a peu, pour la collection). Je me souviens qu’à l’époque de sa sortie, je faisais même du baby-sitting en gardant les enfants d’amis de mes parents, et un des gamins jouait à Pokémon rouge, et c’était toujours un plaisir d’aller le garder pour faire quelques échanges avec lui, haha !

J’ai donc logiquement « craqué » pour Pokémon GO, et en voyant le nombre incroyable de joueurs qu’il y avait au début (dont bon nombre de mes amis), que c’était une très bonne occasion d’aller faire des balades pour « rien », très vite renommées en chasses ou sessions farming. Certes, le manque cruel de nouveautés dans les semaines qui ont suivi le lancement, accompagné de la baisse des températures une fois l’été passé est sans doute responsable de la perte de joueurs, mais je fais partie des « quelques » millions de joueurs restants.

« Je suis passager »
Il faut savoir que malgré la faible équipe de développement lors du lancement, qui a vu la fréquentation de ses serveurs être (quelque chose comme) 25 fois plus importante que leurs prévisions n’a pas aidé à pousser aux nouveautés. Pourtant il était stratégiquement bien plus intéressant de le sortir à la date où ils l’ont fait, car Nintendo voulait que sa sorte avant sa dernière gamme de jeux 3DS (Soleil et Lune), dont les ventes ont évidemment été boostées grâce à la mise en avant massive de l’appli mobile. Malgré le report de sortie officielle dans certains pays comme en France, le succès de l’appli réside dans le fait que même les utilisateurs non technophiles ont facilement appris à installer une application « potentiellement sensible » sur leur smartphone, pour ne pas attendre son apparition sur les stores.

Je m’étais dit que j’y jouerais à peine, que je ne mettrais pas d’argent dedans, et que je me limiterais au 151 Pokémon de la première génération, et je n’ai… rien respecté de tout ça ! J’y joue encore tous les jours depuis 6 mois, j’ai acheté pour 10 euros de crédit (ça vaaa) et j’ai choppé un des récents « babies », faisant partie de la deuxième génération et ce n’est pas le froid qui m’empêche de chasser. C’est d’ailleurs toujours un plaisir de se faire quelques sorties entre amis, ou de se namedropper les uns les autres sur Twitter à chaque nouvelle capture intéressante.

Et maintenant…
Je n’irais pas jusqu’à prêter mon compte pour récupérer les Pokémon bloqués à une région du monde, et je veux être fier de remplir mon Pokédex tout seul, et augmenter mon compteur de 141 construit à l’usure de mes souliers. C’est une impression inexplicable, que même ton oncle qui ne comprend rien au smartphone, est fier à chaque affichage de la phrase « Je te tiens » tant espérée après un balancement de doigt de bas en haut sur son écran tactile !

En tout cas, je suis content des mises à jours et évolutions de plus en plus fréquentes que Niantic donne à son jeu phare, avec les événements de plus en plus réguliers entre promo sur le store ou autre Pikachu au bonnet de Noël, et l’équipe (qui a été renforcée depuis) n’est sans doute pas prête de s’arrêter tout de suite.

Je continue donc d’y jouer tous les jours depuis le début (j’ai du rater une fois ou deux, en 6 mois), et je sors mon téléphone avec plaisir en me baladant dans les rues afin de faire éclore mes œufs, et surtout en espérant chopper les 3 Pokémon qu’il me manque parmi la collection originale choppable en Europe.

[GDS] #8 : Pokémon GO, 6 mois plus tard
Étiqueté avec :                                            

Une pensée sur “[GDS] #8 : Pokémon GO, 6 mois plus tard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *