Une nouvelle rubrique se lance sur le blog aujourd’hui : Les Graines de Semoule.
Il s’agit d’un article / sujet / souvenir qui marque ou a marqué nos passés de gamers.
Pour faire court, je laisse à Zephiriel le soin de lancer la rubrique avec « Les Obstacles du Gamer ».



Récemment, JohnCouscous m’a dit : « Hé on lance une nouvelle rubrique sur le blog, tu es chaud ? », et évidemment, j’ai répondu : « Chucho !! », sans vraiment savoir dans quoi j’allais mettre le nez.
Puis l’explication est venue disons… destructurée ! Un genre de : « Un truc pourquoi pas un peu retrogaming, mais sans forcément parler des jeux vidéo, mais des trucs perso dans ta vie, et pas forcément retro non plus, tu peux parler aussi du DLC d’Harley Quinn Revenge de Batman par exemple ».

Tout de suite mon amour d’Harley Quinn prend le dessus et je me jette à l’eau parce que Harley Quinn elle est trop belle quand même <3. Puis j'ai commencé à réfléchir (oui c'est assez récent chez moi), et bien que ma passion pour l'ange au marteau soit quasi-infini je me suis dis que ce n'était pas vraiment mon passé de gamer mais plutôt mon côté comics/pervers. Puis naturellement, j'ai pensé à un jeu qui m’a volé énormément de mon temps, qui m’a donné beaucoup de joie et autant de peine, qui a réussis à transformé les heures en minutes et qui a repoussé ma patience jusqu’aux limites break de mon cerveau : j’ai nommé Final Fantasy VII.

C’est le moment où on perd déjà 50% des lecteurs ! Pour les gens qui sont encore là, soit vous allez me cracher dessus dans 10 secondes (le temps de trouver un peu de salive), soit vous m’attendez au tournant pour la première connerie que je vais dire sur le jeu… Pose cette pierre toi au fond je te vois ! 😉

Pourquoi ce jeu vous allez me dire ? Et bien parce que je suis assez fan de l’univers de FFVII, l’ambiance, la musique, les personnages etc. Et il y a peu je me balladais sur ce site http://www.editionspixnlove.com/ et là je vois qu’un livre expliquant pleins de choses sur FFVII est en vente. Sans l’ombre d’un doute et sans même regarder le prix je clique sur Achat et je reçois le colis le lendemain (sans déconner !).
Je suis encore dans la lecture de cette bible ce bouquin en question, qui est vraiment intéressant pour un fan comme moi et que je peux que vous conseiller d’ailleurs, comme 99% de leur bibliothèque de que je vais me chopper progressivement.

Bon, pour revenir au sujet de l’article, oui je vais parler de ce jeu, mais surtout je ne vais pas vous parler du jeu… Ouais c’est un concept, en fait je vais vous raconter comment me lancer dans l’histoire de FF VII fut difficile pour moi, comment j’ai dû me battre jusqu’aux limites de la mort contre la vie elle même pour pouvoir profiter de ce jeu.

Voilà comment tout à commencé :

Tout d’abord back to 1995, la Saturn sort en Europe (oui pour le moment aucun rapport mais j’y viens) et étant un gros gros fan de Nintendo à l’époque je revends ma SNES et mes 52 jeux pour acheter la console de Sega. Soyons clair entre nous, j’ai sûrement fais là deux des plus grosses erreurs de toutes ma vie de gamer et que je regrette encore. Dans l’ordre d’importance, vendre ma SNES et mes jeux et acheter la Saturn, qui n’était pas une mauvaise console, juste je me souviens d’avoir était la risée de mes potes de l’époque qui juraient que par le Playstation et Tekken, mais j’ai tenu tête et j’ai gardé ma console… jusqu’à ce qu’un jour où j’ai été chez un de ces potes qui avait la console de Sony.

Ce dernier tient à me montrer une démo de PaRappa The Rapper en me disant que c’est vraiment génial et que ce sera sûrement son prochain achat… Bon sans surprise la démo de ce « jeu » (on peut sérieusement appeller ça un jeu ?) se révele être mauvaise (pour moi en tout cas), puis en revenant sur le menu des jeux de la démo je vois noté un truc sur Final Fantasy VII.
Lisant pas mal de magazines de Jeux Vidéo à l’époque et surtout en ayant déjà fini Chrono Trigger sur SNES en version US (avec l’adaptateur de style mecha pour ceux qui se rappellent) je connais un peu les RPG jap et les Final Fantasy étaient toujours, pour je ne sais quelle raisons d’ailleurs, restés inaccessible pour moi.
Je dis donc à mon pote de lancer la démo et il me dit un truc genre : « Non c’est une vidéo toute bidon, je vais plutôt tenter de battre mon record à PaRappa… ».

Seriously ???

15 parties de PaRappa The Rapper plus tard que j’arrive à lui faire lancer la vidéo, cette vidéo pour être précis : FF VII – Trailer PSone et là c’est une révélation, une naissance, un fantasme qui monte en moi ! JE DOIS AVOIR CE JEU !!

Le temps passa puis arriva, comme la caresse du vent sur mon coeur de gamer, la sortie du jeu mi-novembre 1997 et moment très important où sans regret aucun je me rendis dans mon magasin de jeux vidéo pour revendre ma Saturn et mes 3 misérables jeux pour investir dans une PS1 et FFVII. Comment expliquer la jouissance mentale qui me traversa lorsque j’introduis pour la première fois (c’est vraiment limite là…) le CD1 du jeu dans la console encore vierge de toutes substances (Ho ça va c’est fini les allusions oui ?!)
Le chargement de l’écran se lance, je regarde avec mes yeux remplis d’avidité les 2 autres CDs du jeu, je deviens ivre de joie et levant les yeux je vois l’écran d’acceuil, une épée à deux main plantée au sol, sobre, simple, mais tout est dit. Puis je lance le jeu, la cinématique d’ouverture se dévoile devant mes yeux qui pleurent d’eux même presque tellement c’est beau, mon coeur bat la chamade, je suis à la limite de hurler de joie mais je me retiens profitant du plaisir… (Ok ok j’arrête…)

Je commence à jouer, je kiffe le jeu tout va très bien dans le meilleur des mondes puis vient le moment où je vois un petit symbole et une fenêtre qui s’ouvre et me demande de sauvegarder sur la carte mémoire

Un instant, la quoi ? La carte mémoire ? C’est quoi ? Ce qui permet de sauvgarder… ? Ha j’ai dû oublier de la sortir du carton…

Je fouille la boite, je ne la trouve pas et je me pose une question un peu idiote mais quand même qui prend une importance quasi-philosophique : « Comment ça, c’est pas comme la Saturn, y’a pas un petit bout de mémoire dans la console pour les sauvegardes ? »

Le petit bout de plastique qui peut vous sauver la vie

Sur le coup pas de souci, je me dis que j’en prendrais une plus tard, seulement voilà, on est samedi soir, le magasin de jeux est fermé le dimanche et le lundi (oui on est en province !) et je ne pourrais donc n’y aller que le mardi soir ! Je prends mon mal en patience, et je continue à jouer… 5h… puis je dois éteindre la console en pleurant des larmes de sang… 🙁

Mardi soir arrive, je fonce au magasin à côté du lycée où j’ai mes cours et la bonne blague : plus de carte mémoire, hahaha ! prochaine livraison ? Mais dans une semaine voyons !
Inutile de vous dire que le début de Final fantasy VII jusqu’à la sortie de Midgar en moto je connais VRAIMENT TRES TRES BIEN. Je n’ai jamais voulu aller plus loin sans carte mémoire, c’est juste trop dur de foutre en l’air plus de 6 ou 7 heures de jeu juste en appuyant sur le reset de la PS1.

La semaine qui me sépare de ma sacro sainte carte mémoire passe difficilement avec un peu d’énervement j’avoue, mais le jour de libération arrive et me dirigeant tranquillement en courant comme un dératé vers le magasin, je saute à la gorge du vendeur les yeux remplis d’amour et de sang pour lui. Il me vend la carte en question que j’avais réservé 5 fois, dont 4 par téléphone sous plusieurs noms différents pour être sûr d’en avoir une ! Comment ça c’est pas bien ? 😉

Les petits malins qui me diront que c’est pas le seul magasin de jeux vidéo que j’avais dans mon bled, je leur réponds maintenant, que l’autre « magasin de jeux vidéo » s’appellait Continent, et surtout il était aussi en rupture de stock, comme quoi ! 🙂

Je m’arrête là pour mes déboires sur ce jeu car le reste vous le connaissez déjà, le kiffe d’explorer le monde, le deuil de 7 jours et 7 nuits suite à la mort d’Aerith pleurant toutes les larmes de mon corps, triste au point de graver son nom au compas sur les tables du lycée ! 🙂

La question qui m’est restée sans réponse depuis cet dur épisode de ma vie est de savoir si je pouvais laisser ma console sur pause, introduire une carte mémoire dans le port prévu à cette effet et ensuite sauvegarder normalement… Mon subconscient doit avoir la réponse mais il préfère la garder pour lui je pense… Sur ce je m’en vais jouer à Little Big Planet 😉

[GDS] #1 : Les Obstacles du Gamer
Étiqueté avec :                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *