La Gamescom 2018 était pour moi un très bon cru, à en juger par cette nouvelle présentation d’un lot de jeux que j’ai pu découvrir sur place.

On ne s’arrête pas en si bon chemin après vous avoir parlé d’une première puis une deuxième vague de jeux, en voici 9 nouveaux. Une fois de plus, il y a du plus ou moins connu, mais surtout du bon jeu !

Sekiro: Shadows Die Twice
C’est la première fois qu’on pouvait mettre la main sur ce jeu, tout juste annoncé à l’E3 quelques semaines auparavant. Vu que Sekiro est réalisé par l’équipe de From Software, il a forcément su attirer les amoureux de la licence Dark Souls, mais n’étant pas spécialement proche (à tort ?) de cette licence, j’ai surtout été le prendre en main pour l’expérience. Il faut dire que j’ai pris très cher à y aller comme un bourrin au début, pourtant il était bien indiqué lors d’un pseudo tuto express toute l’exigence du titre, qui fait vite comprendre que prudence est mère de sûreté, chose que j’ai commencé à prendre en considération… après être mort quatre ou cinq fois ! Ce qui parait étrange au début, c’est l’utilisation du grappin dans un univers pour lequel on ne s’y attend pas vraiment, mais cela devient vite indispensable quand on se fait repérer alors qu’on essayait d’aller en douce pour tuer ses ennemis, ma technique adopté dans un second temps. Bien que je ne suis pas sûr qu’il soit pour moi, je ne peux qu’apprécier les qualités de ce jeu d’action-aventure RPG, qui sera sans doute très attendu.
Date de sortie : 22/03/2019 (sur PS4, Xbox One et PC)
Trailer à voir ici.

Hitman 2
Deux années ont passé depuis le « premier » Hitman (dont j’avais parlé à l’époque par ici), et elles ont été bénéfiques pour améliorer la (déjà) bien chouette formule qui nous avait été proposée. Après une rapide présentation comparant les deux versions, on constate qu’un très grand nombre d’éléments du gameplay de 2016 ont été retravaillés, ce qui assure un rendu plus encore plus réaliste qu’à l’époque. Les PNJ par exemple, sont souvent plus vite suspicieux de votre comportement, et il faudra apprendre à les calmer ou les éviter rapidement. J’ai pu évoluer sur une mission dans laquelle je devais neutraliser deux personnages, et en plus de pouvoir me déguiser en à peu près tout dont en flamand rose, j’ai toujours autant été bluffé par le nombre de possibilité qui s’offrent à nous afin d’arriver à son but, en passant. J’aurais d’ailleurs pu choisir de vous montrer une de mes séances de jeu, mais à un moment c’était devenu n’importe quoi quand j’ai commencé à cacher tous les corps de mes victimes dans les toilettes, jusqu’aux policiers qui venaient me voir ! Il faut dire que cette session à mal terminé, contrairement à la suivante pour laquelle j’ai pris un réel plaisir à la jouer en finesse, réussissant la première partie de la mission avant qu’on me demande poliment de quitter la zone de prise en main du jeu. J’en redemande !
Date de sortie : 14/11/2018 (sur PS4, Xbox One et PC)
Trailer focus sur une mission à voir ici.

LEGO DC Super Vilains
On prend le même moteur, et on recommence ! Comme tous les 3 ou 4 mois environ, voici donc l’arrivée d’un énième jeu LEGO, qui vient continuer d’évoluer sa formule en essayant toujours d’y apporter quelques nouveautés. Cette fois-ci, ce sont des méchants qui sont à l’honneur, et ne comptez pas jouer avec Batman ou Superman mais plutôt avec leurs éternels rivaux, dans un nouveau titre tout aussi coloré et punchy que la majeure partie des précédents. Tout a commencé pour nous par la customisation d’un personnage, que vous allez incarnez pour vous aussi essayer de devenir un bad guy, grâce à l’aide de certains grands noms. La personnalisation de votre vilain ne sera pas seulement cosmétique, car vos atouts dépendront de certains éléments que vous aurez choisi d’équiper. Mais ne craignez pas d’être seul sur le terrain, car c’est avec une traditionnelle grosse centaine de personnages jouables que vous allez devoir jongler. Difficile de tous les essayer en l’espace de 30 minutes, mais j’ai pu apprécier les pouvoirs de certains comme par exemple celui du ventriloque ou encore l’espèce de super mamie, qui seront de la partie dans cette nouvelle aventure. Si vous aviez un doute, vous pouvez tout de suite l’effacer : même le Joker est tout mignon lorsqu’il a une bouille de jouet LEGO 😉
Date de sortie : 17/10/2018 (sur Switch, PS4, Xbox One et PC)
Trailer à voir ici.

Unruly Heroes
Il faisait partie de mes coups de cœur de l’E3 l’an dernier, et je n’avais pas encore eu l’occasion de mettre la main dessus, mais la Gamescom 2018 m’a permis de rectifier le tir ! C’est donc un jeu de plateformes à la saveur Rayman Origins que j’étais venu chercher, mais il faut avouer qu’il n’avait pas (encore ?) le charme du héros d’Ubisoft. Pourtant le pitch est vendeur, car on peut (aussi) jouer à ce plateformer 2D jusqu’à 4, en utilisant des personnes qui possèdent chacun leur propres pouvoirs, ajoutant un côté puzzle à la donne. Cela explique peut-être pourquoi Nintendo a mis en avant ce titre en le plaçant dans ces 10 jeux indés à découvrir, mais j’ai malheureusement été un peu déçu une fois la manette en main. Sans trop savoir dire ce que c’est, je pense qu’il manque encore à Unruly Heroes ce petit quelque chose qui fait qu’il pourra devenir un grand jeu de plateformes, et peut-être était-ce du à une incompréhension partielle entre les éléments du décor et les vraies plateformes, ou alors le fait qu’il soit peut-être un peu trop lent à mon goût. Mais je ne veux pas en rester là, et j’attends impatiemment de voir sa version finalisée, qui je l’espère, me fera changer d’avis.
Date de sortie : Fin 2018 (sur Switch, PS4, Xbox One et PC)
Trailer à voir ici.

Gris
Si j’avais su qu’il était possible de tester Gris durant la Gamescom, j’aurais immédiatement demandé un rendez-vous. Malheureusement, je ne l’ai découvert que trop tard, et j’ai « juste » pu regarder une autre personne y jouer, ce qui n’enlève absolument rien à la poésie que représente une partie dans cet univers. A l’origine de cette véritable balade, on y retrouve un petit studio espagnol (Nomada Studio), qui a créé l’histoire d’une jeune fille pleine d’espoir égarée dans son propre monde, représenté par un plateformer doux, qui demandera tout de même certaines compétences. Afin de représenter les évolutions de la protagoniste, on verra sa robe s’agrémenter de ses différentes nouvelles capacités, synonyme d’autres zones à explorer. Au final, on a du mal à comprendre pourquoi c’est Devolver Digital qui édite le jeu, eux qui nous avaient habitué à bien plus trash ou étrange. Gris est loin de tout ça, et est particulièrement soigné visuellement.
Date de sortie : Décembre 2018 (sur Switch et PC)
Trailer à voir ici.

The Messenger
Lui aussi édité par Devolver Digital et lui aussi étant un jeu de plateforme, on passe pourtant à un nouveau titre qui n’a rien à voir du tout avec le précédent. J’avais lu ici et là que le jeu avait un niveau comparable à ce qu’avait pu donner Shovel Knight, mais j’ai eu du mal à croire à ça, tant je vénère ce génial plateformer du chevalier à la pelle. The Messenger est au final une sorte d’hommage à Shinobi, qui arrive à alterner des passages en 8 bits vers d’autres en 16 bits, dès lors que l’on passe par un portail. Mais ce n’est évidemment pas seulement un changement de graphismes que l’on subit en switchant d’un monde à l’autre, mais aussi (et surtout) un changement de plateformes, position d’ennemis, ou tout autre subtilité faisant de The Messenger un vrai metroidvania. D’ailleurs, il a plutôt très bien été accueilli par la critique depuis sa sortie, ce qui me fait me poser une question : Qu’est-ce que j’attends pour le faire ?
Date de sortie : Depuis le 30/08/2018 (sur Switch et PC)
Pub / Trailer à voir ici.

Vandals
On enchaine désormais avec un dernier lot de 3 jeux, tous aussi variés qu’intéressant dans leur concept. Tout d’abord avec Vandals, déjà sorti sur mobile il y a quelques temps qui débarque à son tour sur Switch. Ce portage est parfaitement logique tant ce puzzle game au tour par tour était prévu pour être adapté sur ce support. C’est donc avec plaisir qu’on viendra taguer les murs des grandes villes qui mettent en avant le street art, dans un gameplay qui n’est pas sans rappeler ce qu’avaient déjà très bien proposés les jeux du type Lara Croft GO ou Hitman GO. La version que j’ai pu prendre en main sur la dernière console de Nintendo était quasi terminée, avec laquelle on peut même profiter de l’infrarouge de la manette pour taguer « comme en vrai », à l’exception d’un certain paufinage et de l’ajout d’un petit gadget que je trouve particulièrement cool. Si on joue en mode télévision, c’est la possibilité de secouer la JoyCon pour taguer, qui essaierai alors de retranscrire le bruitage d’une bille dans une bombe de peinture !
Date de sortie : Fin 2018 (sur Switch), mais déjà dispo sur mobile.
Vidéo de gameplay à voir ici.

Frankenstein: Birth of a Myth
Ne vous attendez pas à vivre une histoire d’horreur avec une gros méchant monstre, mais plutôt quelque chose de très narratif et poétique. Cette sortie se passera en 2 temps, car Frankenstein: Birth of a Myth est « seulement » un préquel du jeu qui sortira l’an prochain. En effet, Arte va prochainement diffuser un documentaire sur l’héritage de Frankenstein, avec ce prequel qui lui sera complémentaire. Il s’agit d’un point and click qui va nous faire revivre l’histoire de la création de l’idée du bouquin par Mary Shelley, un peu comme si c’était une « jam » qui avait eu lieu il y a 200 ans, lors de laquelle était également présent l’auteur de Dracula. Il sera donc possible de faire interagir cette créature qui ne connait rien, et lui faire découvrir plusieurs choses qui construiront son caractère, via des choix qui guideront sa façon de penser vers le bien ou le mal, des sentiments qu’elle apprendra à ressentir. Ces choix vous guideront vers plusieurs types de fin, en attendant de découvrir le jeu complet Frankenstein, qui devrait sortir l’an prochain.
Date de sortie : Octobre 2018 (sur PC et mobiles)

A Fisherman’s Tale
On termine par un de mes coups de cœur surprise du salon, qui revient à une expérience en VR. Il s’agit de A Fisherman’s Tale, dans lequel j’ai pu tester un niveau, où j’étais dans petite maison en bois, de laquelle je devais essayer de sortir en utilisant les différents objets du décor. Vous pouvez imaginer qu’il s’agit d’un puzzle game en vue à la première personne qui intègre une notion d’escape game, avec un concept bien particulier. C’est d’ailleurs difficile de ne pas spoiler le concept en parlant de ma prise en main, mais dites vous qu’on va rapidement y joue avec un concept de mise en abyme, que j’ai trouvé vraiment très bien fait. Dans le but de ne pas passer la journée dessus, on m’a bien guide pour speedruner le niveau en 15 minutes (et laisser la place à la personne derrière moi), mais la durée de vie totale devrait tourner autour des 4 heures, en fonction du niveau de logique du joueur. En tout cas, c’est bien le jeu qui me fera ressortir mon PlayStation VR dès qu’il sera disponible !
Date de sortie : Fin 2018 (sur PS4 avec PlayStation VR et PC avec HTC Vive / Oculus Rift)
Trailer à voir ici.

On se retrouve très vite pour mes prochains retours sur les découvertes de la Gamescom 2018.

[GAMESCOM 2018] Mes découvertes du salon – Partie 3
Étiqueté avec :                                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *