Sorti le 14 février de cette année (il y a tout pile 2 mois), Sniper Elite 4 a mis tous les couples d’accord en leur disant que tuer des nazis c’est cool, et que personne ne s’en lassera jamais. Et c’est tant mieux parce que moi j’aime bien deux choses, manger des pizzas et tuer des nazis ! Alors autant dire que ce jeu était fait pour moi.

Papalipalipalo Italiaaaaaaa !
Développé par Rebellion et édité par Just for Games, SE4 nous fait voyager, après un très bon troisième opus dans les terres chaudes d’Afrique, vers la botte de l’Europe. Nous retrouvons avec plaisir notre fameux Karl Fairburne, Sniper de métier qui a comme hobby de tuer des nazis en les regardant depuis sa lunette de visée. Pour les deux du fond qui suivent jamais, on rappelle que Sniper Elite est une série de jeux qui se déroule durant la seconde guerre mondiale et qui a pour vocation de nous faire incarner un Sniper qui va s’infiltrer derrière les lignes ennemies pour tuer des nazis discrètement, et de préférence les cibles importantes. Les mots clés ici étants : Sniper, Infiltrer, Tuer, Discrétion. Vous avez donc compris à quel type de jeu nous avons à faire. Sachant qu’il est bien entendu possible de faire comme dans MGS et faire de l’infiltration au lance-roquettes. Niveau histoire, notre héros est envoyé en Italie pour prendre contact avec un groupe de résistants italiens afin d’ouvrir la voie vers l’Italie aux alliées et… c’est tout. Vous vous attendiez à quoi ? Il faut pas plus de motivation pour aller tuer des nazis après tout.

Ma tente, mon arme et moi.
Niveau gameplay, rien à redire puisque rien ou peu n’a été changé, le gros du jeu sera de vous déplacer sans vous faire repérer tout en abattant les cibles qui se trouvent dans le niveau. Pour cela, on vous demandera deux choses qui font qu’on reconnait les bons snipers des mauvais snipers : Observation et patience. Trouver un endroit en hauteur, prendre ses jumelles et observer l’ennemi afin de savoir où se situent les patrouilles, les points faibles, les éléments qui explosent, les passages possibles, etc., puis commencer son travail en dégageant la voix à coup de silencieux. D’ailleurs nouveauté assez cool cette fois, votre fusil peut être muni d’un silencieux, permettant enfin d’abattre des ennemis sans (trop) alerter les autres. Sachez tout de même qu’il s’agit de munitions spécifiques de façon à ne pas trop faciliter votre infiltration. Une fois bien observée, vous pourrez abattre votre cible calmement (à distance), et vous aurez le droit à une aide à la visée pour les trois premiers niveaux de difficultés. Cette dernière indiquera où placer votre mire de façon à corriger votre tir suivant la force du vent et la vélocité de votre balle. Evidemment il n’y a pas ou peu de challenge dans ce cas, mais c’est là où SE4 marque un premier mauvais point si vous jouez sans aide à la visée. Le jeu ne va pas vous apprendre à viser ou corriger votre tir, même dans la partie entraînement, et c’est vraiment dommage. Du coup, tuer un ennemi à plus de 150 mètres sans cette aide, relève plus du miracle qu’autre chose. Une fois votre viseur en place, la balle part de votre canon et vous avez le droit à votre petit récompense, la killcam toujours aussi sympa qui va vous montrer en rayons X comment votre balle travers la mâchoire de votre cible, ses poumons, son cœur et encore son cerveau… bref, la classe !

Un paysage de carte postale
Et oui c’est tout à fait vrai, les huit niveaux proposés sont d’une beauté incroyable, et beaucoup plus ouverts que les derniers opus. Vous laissant ainsi un plus large choix de trajets sur les maps qui sont encore plus grandes qu’avant. Tous les trajets ne seront pas aussi bien gardés mais certains pourront être protégés à l’aide des nombreux pièges disponibles (mention spéciale au bodytrap toujours aussi cool). Par ailleurs, les cartes ne se contentent pas d’être plus grandes, mais jouent plus sur les hauteurs, permettant de trouver des nids à sniper vraiment cool quand on cherche un peu. Attention tout de même, je vois déjà débarquer la police des trolls du 60 FPS, nous n’avons pas ici à faire à un tripe A, donc oui par moment, l’aliasing et les bugs d’affichages sont présents mais pas au point de rendre le jeu laid ou injouable. On regrettera tout de même quelques bugs sur les niveaux empêchant certains tirs de précisions et par moment la caméra un peu à l’ouest dans les combats en lieux clos.

Une IA pas au top
Bon, on tape souvent dessus mais difficile de s’en passer et surtout de la régler correctement. L’IA, même si elle s’améliore sur cette épisode est toujours un peu mal réglée. Dans les niveaux normaux, si plusieurs niveaux d’alertes sont présents, certains soldats ne seront pas étonnés plus de 15 secondes, de voir leur collègue tomber au sol dans une marre de sang, avant de reprendre leur poste. On sait que ce sont des nazis mais quand même ils ne sont pas aussi bêtes (quoi que peut-être qu’elle est pas si mal réglée que ça cette IA !). Dans les niveaux Hardcore, non seulement elle est trop sensible, au point de se mettre en alerte max pour un buisson qui bouge, mais en plus les soldats sont télépathes au point de savoir d’un bout à l’autre de la carte quand un homme vient de disparaître (j’exagère… à peine). Rajoutez à cela aucune aide à la visée, pas de zoom sur les lunettes et pas d’indications sur la carte et vous comprendrez la douleur du mode Hardcore, qui n’importe plus aucun plaisir. Le mode coopération est toujours disponible est aussi agréable à faire, tuer en duo des nazis c’est ce qu’on devrait faire à chaque Saint Valentin. Le mode multijoueur et survival ont le mérite d’être présents, même si c’est clairement pas ma came, et ils sont là pour allonger la durée de vie du jeu.

Trophées
Attention, c’est un jeu qui va vous demander du temps pour le platine ! Autant l’histoire principale en mode normal ne vous résistera pas plus de 12 heures, mais il vous faudra aussi terminer lemode Hardcore (que je viens de finir au moment où j’écris ces lignes) qui ne fait pas de cadeau car pas d’aide du tout. Ajoutez à cela quelques trophées en ligne donc multijoueurs et vous comprendrez les 35-40h que ça demande. Courage soldat !

Trophée Platine Trophées Or Trophées Argent Trophées Bronze Voir la liste des trophées pour Sniper Elite 4 sur PS4 Trophées Bronze Trophées Argent Trophées Or Trophée Platine

Et donc ?
Après l’avoir terminé (une 2ème fois) en Hardcore, vous pouvez deviner comment j’ai kiffé ce jeu ! Si vous êtes fan des jeux d’infiltration et de snipe, vous l’avez déjà. Sinon sachez juste que c’est un vrai plaisir de planter sa tente et de sniper à tour de bras comme on peut pas le faire dans les FPS. Même le multi que j’apprécie peu, offre des moments bien fun quand on débusque un adversaire et qu’on lui colle un balle dans l’œil. Donc go les gars !

Note : 8/10 (test réalisé par Zephiriel)

[TEST] Sniper Elite 4 sur PS4
Étiqueté avec :                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *