Il y a quelques semaines, juste après la fin de la saison WTCC, j’ai eu le grand privilège de me rendre chez Citroën afin de passer quelques heures pour découvrir une (infime) partie des secrets d’un grand champion : Pechito37 !

Derrière ce pseudo qui aurait pu être un joueur hispanique d’Indre-et-Loire se « cache » en fait une véritable star du WTCC. En effet, c’est juste le surnom de José María López qui est « juste » triple champion de WTCC sur les 3 dernières saisons (pour autant disputées… wahou !), après d’autres titres de champion en Karting, GP2 ou encore TC2000. Cet argentin aux titres multiples va s’essayer à un nouveau défi cette année, car il a débuté récemment la saison 3 de Formule E.

Mais si je vous parle de lui aujourd’hui, c’est notamment parce que j’ai pu le rencontrer lors de mon passage chez Citroën à Satory (pas loin de Versailles), dans une de leur division consacrée au pilotage automobile. C’est notamment ici que sont conçus et testés les différents bolides que l’on peut voir évoluer sur les pistes de différentes catégories tout au long de l’année.

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, je n’étais pas seul dans cette journée puisque nous étions au total 4 grands chanceux à pouvoir venir s’essayer à ce simulateur. Avec Antoine, Benjamin et Kwamé, nous étions invités à tester LE simulateur utilisé par le grand champion argentin, et ainsi être au cœur des préparatifs des courses de WTCC (le championnat du monde des voitures de tourisme). En apparence, c’est un « morceau » de voiture équipé, se trouvant placé devant une toile incurvée de plusieurs mètres sur laquelle est projetée le défilement d’une piste, afin de reproduire au mieux les conditions du réel.

Evidemment pas de manette console, ni même juste un simple volant, ici les conditions sont le plus proche possible du réel, des sensations de vitesse jusqu’au différentes statistiques de chaque course référencés sur les ordinateurs reliés au simulateur. Ainsi, quelques jours avant une course, il est donc possible de faire et refaire le tracés et ainsi ajuster au mieux ses trajectoires, ses prises de vitesse, apprendre par cœur sur quel rapport il faudra prendre quel virage, etc.

Certes, il est impossible d’avoir un accident avec cet outil (et heureusement !) où seul un petit panneau s’affiche à l’écran en cas de non respect du tracé, mais les sensations sont bien réelles, tout en étant difficilement comparables avec des simulateurs de jeux vidéo. En étant au plus proche de la route, on ressent une (forte) pression de notre ceinture de sécurité dès qu’on commence à piler, et après quelques tours de pistes on commence déjà à fatiguer des bras, tout en y laissant quelques gouttes de transpiration, haha ! C’est dans ce genre de moment qu’on réalise encore plus le côté ultra physique de ce genre de compétition, notre corps prend rapidement quelques coups, et j’imagine que les différents sportifs sont extrêmement vigilants et ont recours à certains compléments alimentaires naturels concernant le soin de leurs articulations.

Après avoir regardé le maître réaliser un temps au tour de 1.29.092 sans trop forcer, puis écouté les consignes, chacun à pu s’essayer à quelques tours de chauffe avant de rentrer dans le vif du sujet. Malgré des débuts timides, j’ai réussi à faire 2 tours parfaits (comprenez sans faire de hors pistes ni rewind), j’ai réussi un temps de 1.43.588 ! J’étais assez fier de moi, pourtant j’étais encore bien loin du temps de référence, et parmi les quatre invités du jour, seul Kwamé (déjà vainqueur du concours lorsque je l’avais rencontré sur l’évent Peugeot Vision GT) à réussi à descendre sous les 1.40. Mais peu importe, j’étais content d’avoir fait mon temps déjà :p

Il faut savoir que Citroën a décidé de se retirer de la scène du WTCC, mais ce simulateur ultra coûteux (mais toujours moins que d’aller réaliser des tests sur les vrais pistes) est déjà réutilisé pour la Formule E, avec une carcasse de véhicule qui était déjà prête à remplacer celle qu’on avait utilisé il y a quelques semaines.

Avant de quitter les lieux, et après avoir discuté un peu plus avec le héros du jour quelques heures avant de prendre un avion pour aller se ressourcer à Cordoba dans son pays natal, nous avons eu la chance de visiter le centre, pour notamment découvrir les différentes étapes de conception d’un bolide, et mêmes quelques petits « secrets de fabrication ». Peu de place au hasard pour une course, et les moindres détails doivent être parfaitement maîtrisé par les ingénieurs. Cette visite s’est avéré très intéressante, même pour un néophyte comme moi !

Même si j’ai vraiment apprécié cette journée, je reste amateur de jeux de courses plutôt arcade, comme cela avait été le cas avec l’excellent Burnout Paradise, ou plus récemment Forza Horizon 3.

Histoire de clore cette journée remplie de souvenirs, j’ai joué au fan en demander une petite dédicace sur le tee-shirt qui m’a été offert pour l’occasion. Un grand merci encore à Pechito pour sa gentillesse, ainsi qu’aux équipes de Citroën de nous avoir accueilli dans leur locaux.

[COMPTE-RENDU] Une journée chez Citroën avec Pechito37
Étiqueté avec :                                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *