Borderlands est de retour sur le devant de la scène, la saga phare de Gearbox a été annoncé lors de la Pax East (de façon assez étrange) et succède au très réussi Borderlands 2 et au très mitigé Pre-Sequel. Véritable référence de ce que l’on appelle le shooter-looter, ce troisième opus vient sublimer cet aspect très apprécié par les fans de la licence. Entre fusillade et dépouillage à tout va, l’humour gras vient compléter le tout pour ne pas changer cette recette très chère à la série. Mais peut-on parler ici d’un manque d’originalité de la part de Gearbox avec ce Borderlands 3 ?

Youtubers nés

Le retour à Pandore va être mouvementé puisqu’une nouvelle menace est née : les jumeaux Calypso Troy & Tyreen. Ils ont réuni tous les plus grands bandits dans un culte “Les Enfants de l’Arche” et ont pour but de trouver la Grande Arche qui leur concoctera un immense pouvoir. Ces deux antagonistes caricaturent très bien la mode des influenceurs puisqu’ils ne communiquent que par vidéos et n’hésitent pas à se filmer très souvent, cherchant perpétuellement les moments qui vont les mettre en lumière afin de faire le buzz. Cet aspect, bien qu’assez sympathique, prend trop le pas sur leur personnalité et laissera sûrement les joueurs indifférents par rapport à Jack qui était pour le coup un personnage bien moins lisse.

La narration parlera beaucoup plus aux adeptes qu’aux néophytes, notamment par la présence de nombreux personnages phares des anciens titres (Claptrap, Moxxi, Lilith) puisqu’elle ne revient que très peu sur les événements passés en faisant des clins d’œil qui viendront parler aux fans. Au niveau des dialogues, Borderlands 3 a toujours eu cet humour décalé si particulier aux jeux qui a aussi contribué à la reconnaissance du jeu. Pour ma part il avait plutôt marché lors des deux premiers, mais ici ça fonctionne beaucoup moins. Si au départ cela nous rappelle justement ce côté si iconique, la lourdeur des dialogues s’est très vite ressentie, l’habitude a fait perdre cette saveur certainement puisqu’on a vraiment l’impression que la narration veut faire des blagues à chaque nouvelle phrase.

La narration du jeu est anecdotique et j’ai vraiment eu le sentiment que ce n’était qu’un fond servant le gameplay. Il n’apporte rien de plus et une fois la manette posée on se demanderait presque dans quel but on a fait cette quête.

L’arche de looter

Borderlands 3 est toujours jouable en solo ou en coopération avec deux choix au niveau du loot pour ce dernier : un ou les deux joueurs en récupéreront et un autre ou il va falloir se jeter sur le loot pour pouvoir en profiter au détriment des autres joueurs. On va très vite quitter Pandore pour prendre place dans le vaisseau Sanctuary (qui n’est autre que le hub du jeu) pour voyager de planète en planète.

Côté gameplay, le jeu nous laisse le choix de joueur un des quatres combattants de l’Arche : Sirène, Agent, Artilleur ou Maître des Bêtes. Ce sont les mêmes classes qu’auparavant mais avec de nouveaux personnages, et le fonctionnement des classes reste donc le même avec quelques modifications. Les arbres de talent viennent s’étoffer pour permettre de développer les compétences des différentes classes en permettant de créer des gameplays différents pour permettre une rejouabilité forte. Les gunfights sont très bien rythmés et donnent une sensation de puissance agréable pour les joueurs, j’ai pour ma part pris beaucoup de plaisir à écraser les Skags.

Les combats de boss sont plutôt agréables avec une mention toute particulière au premier qui m’a vraiment marqué au niveau de l’ambiance.

Chamboule(pas)tout

Il faut bien aussi parler du loot qui a été un des points sur lesquels je me suis attardé puisque je ne compte pas le nombre de fois ou j’ai changé d’arme en me disant “elle a l’air cool celle-ci !”. Entre les pistolets qui font aussi office de lance-grenades, les mitraillettes avec des jambes et les autres équipements ou cosmétiques. Cet aspect vient rendre chaque affrontement différent du précédent en permettant des dégâts de différents types. Cet aspect marche encore mieux que par le passé.

En bref, le gameplay ne vient pas tout chambouler mais il est réussi, et on voit encore ici que Gearbox maîtrise cette recette à la perfection. J’ai vraiment apprécié le prendre en main sans toutefois être surprit par des changements. Graphiquement aussi le côté cel-shading est de retour, je suis personnellement très fan de ce côté artistique et je trouve que les textures et la modélisation est beaucoup plus fine et moins grossière que par le passé.

Cependant si on le compare aux différents gros titres actuellement, on s’apercevra clairement d’un écart assez fort et d’un retard technique avec des bugs pouvant freiner les joueurs.

Et donc ?

Alors finalement qu’en est-il de ce Borderlands 3 ? Sans surprise, on regrettera le manque de prise de risque de Gearbox qui n’a pas décidé se sortir de sa zone de confort. On parle beaucoup d’un Borderlands 2.5 plutôt que d’un réel troisième titre. Mais il faut aussi se rendre compte que cette recette marche alors pourquoi prendre un risque de décevoir les joueurs ? Pour moi le vrai souci vient de la narration, on ressent qu’ils ne se sont pas trop fatigués pour pouvoir se focaliser sur le gameplay et les éléments de loot.

Il n’en reste pas moins un très bon jeu sur lequel on va pouvoir s’amuser, seul ou avec ses amis.

Note : 7,5/10 (test réalisé par Gwokale)

[TEST] Borderlands 3 sur PS4

Mis à jour le

Étiqueté avec :                                        

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :