Bien que la saison de foot soit lancée depuis bientôt 3 mois, il est toujours temps de faire un bilan de mon appréciation personnelle de ces 2 licences phares (testées sur PS4). Qui gagne cette année, FIFA 16 ou PES 2016 ?

FIFA16vsPES2016Pour vous parler de mes expériences, j’ai décidé de classer en quelques catégories afin de vous guider dans un choix, notamment si vous devez offrir un jeu de football en cadeau à Noël, au dernier moment. Oui, il est encore temps !… 😉

Avec quelle touche tu tires ?
CARRÉ ! Les jeux de foot et moi, c’est une grande histoire. Je vais vous expliquer mon historique en terme de jeux de football sur consoles. Après une époque indécise à jouer un peu à tout sur NES puis SNES, j’ai rapidement découvert la série des ISS et FIFA sur cette dernière génération de consoles. Puis est venu le temps de la 3D avec le “magique” Adidas Power Soccer, qui me faisait bien plus marrer qu’un ISS en 3D. Mais c’est véritablement à l’époque de la PS2 qu’est né mon amour pour la série PES. Découvert un peu par hasard, je n’avais d’yeux que pour cette saga pendant toute la génération PS2, du premier au 6ème. Je jouais beaucoup en offline avec des amis, et on allait même jusqu’à participer à la PES League tous les ans, où ma meilleure perf aura été d’atteindre les 1/4 de finale d’une étape parisienne à 96 joueurs, j’étais assez fier. Sur PS3, le roi de l’époque avait beaucoup plus de mal à convaincre, et la descente de Lens en L2 m’a (difficilement) aidé à switcher côté FIFA à partir du 09, pour ne plus le quitter pendant quelques années, jusqu’au 13 voir un peu sur le 14. Depuis l’époque de la PS4, la donne semble enfin changer, en tout cas et surtout depuis un convainquant PES 2015, qui s’était sacrifié l’année passée pour enfin tenter de récupérer son trône, quasiment avec succès. Disons qu’à part un bout de la génération PS3, on peut dire que je reste quand même plutôt de la famille PES. Voilà pourquoi je pense que toute ma vie, j’utiliserai le bouton carré pour frapper au but, les seuls fois où j’utilise rond (à contre cœur…), c’est lorsque je teste le prochain FIFA pendant la GamesCom, vu que je n’arrive pas à comprendre l’allemand pour changer les touches, haha.

Toujours est-il que FIFA est sans doute devenu un peu trop fainéant faute de concurrence réelle ces dernières années, mais le “retour du roi” a mis une claque chez EA. L’occasion de mieux retravailler son jeu ?

FIFA16vsPES2016-FIFAfemmes

Sur le terrain
Ce constat arrive après quelques dizaines de matchs d’un côté comme de l’autre, mais il n’est pas simple de faire un choix, car clairement j’ai du mal à concevoir de passer une année à jouer sur les 2.
On commence par FIFA, après ne pas avoir été sur la défensive, a justement travaillé sur cette partie arrière de l’équipe qui semble bénéficier des plus grandes améliorations. Je ne sais pas si c’est (notamment) par les attaquants vedettes percent un peu moins facilement les arrières, en tout cas ces derniers semblent avoir progressé dans leur récupérations de balle. Cela dit, cette nouvelle version vient découvrir une passe appuyée, qui permettra des phases offensives plus rapides et plus précises, une arme redoutable qui surclasse largement les passes classiques. Côté PES, la conduite de balle a elle aussi été retravaillée, et grâce à un meilleur contrôle de balle dans les phases offensives, il devient un peu plus simple d’aller placer une tête sur les centres, même si les gardiens ont quand même l’air plus performants sur ces actions aériennes. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le réalisme dans les contacts entre les joueurs. Les collisions s’avèrent être vraiment bien gérées, à tel point qu’une passe mal dosée, qui en plus de réduire la vitesse du joueur la réceptionnant, lui fera perdre l’intensité de l’impact provoqué sur le joueur adverse au moment du contact. On a l’impression que chaque passe, ou plus globalement chaque action varie beaucoup en fonction de tout un tas de paramètres.
En comparaison, l’action proposée par PES s’avère être nettement plus fluide, même si on arrive plus facilement à franchir la ligne de buts. Du coup, j’ai eu l’impression que le contraste se fait bien ressentir sur les feuilles d’après-match. Terminer un match de FIFA à 1-0 ou 1-1 est assez commun, là où PES verra plus facilement des avalanches de buts à 2-2 ou 5-3, mais j’ai pourtant préféré “trop” que “pas assez”. Et puis, quand on voit que le Real arrive parfois à gagner 10-2…
Avantage : Difficile de dire qui l’emporte ici, mais j’ai quand même trouvé plus de sensations sur PES.

FIFA16vsPES2016-Zlatan

Graphismes
Chaque année, on nous propose des choses de plus en plus belles, mais le Fox Engine utilisé par Konami arrive clairement plus à me surprendre. Je n’ai illustré que par un seul exemple, mais lorsque l’on voit un visage comme celui de Zlatan juste au dessus, je trouve que la différence est frapppante. C’est très beau à gauche, et magnifique à droite. FIFA reste évidemment très agréable, et certes on ne passe pas son temps à analyser les visages des joueurs, mais PES a réalisé un travail monstrueux.
Avantage : PES.

Modes de jeu
Avec une interface bien plus laide sur PES si on compare avec l’agréable que FIFA propose, on retrouve sensiblement les mêmes modes d’un côté comme de l’autre. Du simple match, à la saison en tant que joueur / entraîneur / manager, en passant par de plus traditionnelles compétitions, FIFA réussit tout de même à se démarquer par des modes plus aboutis, à en juger par une Master League où il manque encore ce petit grain de folie pour la rendre incontournable. Mention spéciale pour les modes FUT vs MyPES : Je dois avouer que le mode qui m’a rendu le plus accro ces dernières années, c’est surtout FIFA Ultimate Team où on s’amuse (encore) à ouvrir des paquets de cartes, comme à l’époque des images Panini, avec chaque semaine des nouvelles cartes avec une mise en avant des meilleurs joueurs de la semaine (Là, vous comprenez un peu plus ma passion pour Hearthstone maintenant…). EA continue de faire bien faire évoluer ce mode en y ajoutant des nouveautés, et MyPES est loin de lui arriver à la cheville pour l’instant.
Avantage : FIFA.

Innovations
Malgré les nombreuses (et débiles) remarques de la communauté sur l’ajout des équipes féminines, je trouve que c’est un excellent atout. Mais voyons surtout ça comme un pari sur l’avenir, car le nombre d’équipes est très faible, et à part un jeu un poil moins rapide (sans mauvais jeu de mots), la différence s’avère encore trop faible à mon sens. Pour le reste, d’un côté comme de l’autre, on a le droit à quelque chose de plutôt classique (je parle évidemment juste des nouveautés de jeu), au final. Du coup, là où PES a essentiellement retravaillé son gameplay, FIFA apporte quelque chose de nouveau, en apparence du moins.
Avantage : FIFA.

FIFA16vsPES2016-UEFA

Licences
Les vieux de la vieille avaient sans doute connu les Orange 008, Henli et autre faux noms, mais cette époque est heureusement bien loin. Soyons franc, FIFA reste bien au dessus sur le volume, malgré l’absence de la ligue des champions, chère à Konami. Cela-dit, ce dernier a quand même acquis la licence exclusive de l’UEFA Euro 2016, et proposera même une mise à jour gratuite début 2016. Cela nous change du jeu dédié que proposait EA tous les 2 ans, presque au prix d’un jeu complet. Au final, difficile de départager le poids des licences d’un côté contre l’amélioration constante du concurrent, même si les efforts sont là.
Avantage : Les deux.

Online
D’un côté comme de l’autre, les serveurs sont globalement fiables, et les modes de jeux proposés font leur boulot. Cependant, j’ai quand même bien envie de cracher un peu sur ce que propose PES, faire un match avec un ami est finalement loin d’être intuitif. Mêmes reproches côté mise à jour au lancement du jeu. On patiente tellement avant de lancer un premier match, qu’on prévoit d’en faire plusieurs pour rentabiliser le temps d’initialisation. Y’a quand même un gros boulot à faire de ce côté là.
Avantage : FIFA.

FIFA16vsPES2016-PES

Et donc, qui gagne cette année ?
Pour moi, et malgré toutes les qualités du déjà très installé FIFA, je dois admettre que PES fait très fort. Avec l’acquisition de la licence Euro 2016, et son intention de proposer plus de contenu gratuit par rapport à ce que FIFA nous avait habitué, la licence de Konami semble prendre un peu sur lui pour attirer (à nouveau) les footeux dont je fais parti. Après, il faut avouer que les 2 titres sont tout de même très bons, mais mon choix de cette année se porte à nouveau sur ce dernier PES 2016.

[TEST] FIFA 16 versus PES 2016
Étiqueté avec :                                            

4 pesnées sur “[TEST] FIFA 16 versus PES 2016

  • 21 décembre 2015 à 11 h 11 min
    Permalien

    Intéressant. Je fais aussi partis des gens qui tir avec carré sur Fifa dans l’espoir d’un retour sur PES. 2015 ne m’avait pas suffisamment convaincu, FUT est vraiment addictif. Je vais tester ce 2016 du coup.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :