J’avais immensément hâte de tester Wolfenstein : The Old Blood sur PS4. Que les choses soient claires : j’avais adoré jouer à The New Order et cette extension stand-alone, toujours réalisée par Bethesda et Machine Games, permet de prolonger le plaisir. Je dirai même que ça m’a donné envie de me replonger dans The New Order ! Pour ceux qui ne connaissent pas la série, il s’agit d’un FPS old school un peu déjanté où l’histoire a été réécrite puisqu’ici ce sont les Allemands qui ont remporté la seconde guerre mondiale.

WolfensteinTheOldBloodPS4-0Back to the Future
The Old Blood est une préquelle à the New Order, elle se déroule 20 ans avant les évènements du premier volet. On y retrouve d’ailleurs beaucoup d’éléments, mais n’ayez pas peur d’être perdu. Pour commencer, nous incarnons à nouveau notre cher agent Blazkowicz toujours aussi délicat et bavard. Puis, les graphismes et le gameplay sont strictement identiques, ce qui n’est pas un mal car ils étaient déjà très bons dans The New Order. Le seul vrai point faible que je constate réside dans le système de récupération d’objet, le joueur doit pointer son viseur sur l’objet en question et le ramasser avec la touche adéquate. A la longue ça devient très pénible, surtout lorsqu’il faut refaire le plein de munitions en plein combat. Alors que dans le premier volet nous traquions Le Boucher, dans cet épisode nous avons pour mission d’infiltrer le château Wolfenstein et de récupérer un dossier indiquant la position du Boucher. Cette fois-ci les méchants sont Helga Von Schabbs et Rudi Jäger, je vous rassure, ils sont toujours aussi psychotiques…

Doucement mais sûrement
Le début d’aventure est calme, c’est parfait pour se réapproprier les commandes et se familiariser avec les nouveautés. Nous nous retrouvons sans aucune arme, si ce n’est un vieux tuyau de canalisation cassé qui va très vite devenir un outil à tout faire. Cet outil a un côté pointu qui pourra servir de pieu, et une autre extrémité plus imposante qui sera parfaite pour fracasser des crânes. Il est également possible de le séparer en deux pour qu’il fasse alors office de piolet et qu’il vous permette de vous extirper de voies sans issue. Il s’agit de la plus grosse nouveauté, elle vient en remplacement du LaserKraftWerk qui était l’arme par défaut dans The New Order.
Peu à peu, le jeu se muscle et très vite, on retrouve le côté bourrin de Blazkowicz avec des armes de partout, zéro subtilité, du sang qui gicle, des explosions et des têtes qui volent. Attention, il y a néanmoins la possibilité de jouer des phases d’infiltration. C’est le joueur qui choisit l’approche qu’il souhaite engager, grâce au pistolet qui est muni d’un silencieux, ainsi que des armes de poing comme le couteau, le tuyau ou encore les couteaux de lancer. Pour ma part j’aime débuter un niveau en ne me faisant pas repérer et en faisant des exécutions silencieuses, mais très vite il devient nécessaire de passer à l’artillerie lourde. En effet, certains types d’ennemis demandent du gros calibre pour qu’on puisse en venir à bout. Et là, pas question d’utiliser un silencieux.
Au niveau des armes, globalement il y en a pour tous les goûts, pistolets, couteaux, mitraillette, sniper, fusil à canon scié, akimbo et j’en passe. Surtout que l’ensemble des armes est accessible relativement vite dans le jeu. A l’exception d’une ou deux armes qui vont être récupérées lorsque l’histoire le permet, les autres se trouvent facilement en explorant un peu et en faisant attention de ramasser ce que laissent tomber les ennemis.

WolfensteinTheOldBloodPS4-1

La parlotte, c’est pour les faibles
Comme je vous le disais un peu plus haut, côté scénario, dialogues et cinématiques nous avons le strict minimum, ici on est là pour l’action et le blabla ça ne nous intéresse pas. Du coup il arrive même que lorsqu’une cinématique pointe le bout de son nez, elle apparaisse comme un peu décousue par rapport au reste. Si le joueur veut une vraie histoire et plus d’info il peut le faire en lisant les notes, ce qui aura d’ailleurs l’avantage d’augmenter la durée de vie du jeu. L’I.A est toujours peu précise, je dirai même que parfois elle est dans les choux. Les gardes ont un parcours bien défini ce qui aide à prévoir le comportement. Si vous connaissez les points d’arrêt, vous pouvez choisir la position d’où vous serez invisible. Même si vous êtes un peu bruyant, les ennemis ne s’éloignent que rarement de leur position. A l’inverse, une fois que vous êtes repéré, l’alerte est déclenchée et tant que le dernier soldat ne sera pas mort elle ne s’arrêtera pas, même si vous êtes caché et hors de portée de vue de ce dernier.

Pour moi, ça sera un Zombie s’il vous plaît !
Le jeu est divisé en deux grandes parties. La première se déroule dans le célèbre château Wolfenstein, tandis que la seconde se passe dans un petit village au pied de la montagne. La séparation entre les deux parties est vraiment nette, pas parce que le décor change ou parce que l’objectif est différent, mais parce que vous aurez affaire à un type d’ennemi encore plus badass que les nazis. Alors qu’une cinématique est lancée, une explosion a lieu et là il faut courir, YOLO, tu ne comprends pourquoi mais tu tombes nez à nez avec des zombies. Et il s’agit de zombies level up, ils savent sprinter ! Ça n’apporte pas grand-chose, mais cette phase reste très courte puisqu’elle n’intervient qu’à la fin du jeu (ouais, je spoile un peu…). Personnellement ça ne m’a pas dérangé dans la mesure où pour moi Wolfenstein est le genre de jeu où l’on attend justement ce petit grain de folie. Quitte à être là pour dégommer du nazi, pourquoi ne pas se faire plaisir en zigouillant du zombie nazi ? Je pense que dans n’importe quel autre jeu je n’aurais pas apprécié de voir débarquer des zombies alors que l’histoire ne prépare pas à ça et surtout que ce n’est pas bien amené ; mais là c’est presque normal, j’attendais la phase de jeu où j’allais me dire “Ces mecs sont vraiment fous !” et me voilà servi. Contrairement à The New Order où j’avais trouvé le boss final complètement absurde car il fallait juste lui vider la globalité de ses munitions en pleine tête, le boss de The Old Blood nécessitera d’avoir une approche relativement subtile puisqu’il faudra comprendre comment il fonctionne et se servir de ses points faibles pour en venir à bout.

WolfensteinTheOldBloodPS4-2

Trophées
Le jeu possède 8 chapitres et il vous faudra environ 8 heures pour le terminer si vous collectez tous les objets et que vous débloquez tous les atouts. Si vous avancez rapidement dans l’histoire sans prêter attention aux à-côté, la durée de vie sera plus proche des 5 / 6 heures.
Concernant les trophées, pas de difficulté particulière, la plupart seront débloqués en avancement dans l’histoire et en débloquant des atouts. Pour le platine par contre, ça se corse dans la mesure où vous devrez terminer le jeu en difficulté über, la plus élevée. Dans tous les cas, vous ne pourrez pas obtenir le platine avec une seule partie puisqu’à un moment de l’histoire vous avez un choix à faire et que les deux issues de ce choix offrent un trophée.

Trophée Platine Trophées Or Trophées Argent Trophées Bronze Voir la liste des trophées pour Wolfenstein : The Old Blood Trophées Bronze Trophées Argent Trophées Or Trophée Platine

WolfensteinTheOldBloodPS4-3

Et donc ?
Comme je m’y attendais, j’ai une nouvelle fois été séduit par ce nouveau volet de Wolfenstein. The Old Blood répond présent à tous les points sur lesquels il était attendu. Le jeu peut être résumé à 8 heures de plaisir et de défoulement. D’ailleurs sur ces bonnes paroles, je retourne jouer à The New Order.

Note : 8/10 (test réalisé par Axel)

[TEST] Wolfenstein : The Old Blood sur PS4
Étiqueté avec :                                            

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :