Ce n’est plus un secret depuis des lustres, les boites indés redoublent d’effort sur le marché du JV pour nous sortir très régulièrement des petites pépites pas très chères et qui font vite parler d’elles. Ici, c’est une boîte française qui sous le nom de Pandorica nous a sorti le 20/01 How to Shoot a Criminal, une histoire sombre qui se déroule dans le New-York des années 30. De quoi donner envie dès le trailer !

(cliquez sur l’image juste au-dessus si vous souhaitez découvrir le trailer)

Leur histoire à eux
Ici, vous allez incarner Scarlett, une jeune femme qui vient de démissionner de son poste dans un journal nommé le Anne Bonny’s Revenge. Le journal est ce qu’on peut qualifier à notre époque d’un lanceur d’alerte, mettant la lumière sur des affaires un peu sordides ou mafieuses. On comprend vite que notre héroïne veut chercher dans les archives du journal pour trouver de quoi lancer un scandale contre son patron, un certain Aaron Schmitt. Le pourquoi du comment sera bien évidemment à trouver. Vendu comme un « Her Story » (qui reste une véritable pépite), How to Shoot a Criminal reprend en effet les mêmes bases de gameplay minimaliste pour laisser le joueur découvrir l’histoire lors de ses recherches. Pour ceux qui sont passés à côté de Her Story voici le principe : Le jeu propose simplement une interface de recherche dans un genre d’archives, et c’est en tapant des mots clés dans la barre de recherche qu’on accède aux vidéos et autres documents (interview, notes, coupures de journaux). Simple dans l’idée mais il y a une subtilité, en effet quelque soit le nombre de vidéos disponibles avec le mot saisi, seules les quatre premières entrées sortiront des archives. Un compteur vous indiquera le nombre réel disponible, mais pour avoir le reste, il faut croiser les recherches avec d’autres mots. Simple sur le principe, mais un poil tordu dans la réalisation, et de quoi se creuser les méninges pour trouver comment accéder aux vidéos manquantes.

Au début on est un peu perdu, puisqu’on ne sait pas vraiment quoi chercher, mais heureusement nous avons des indications avec des « cartes de visites » des personnes employées au journal, et quelques informations qui vont nous mettre sur une première voie. Sur la droite un petit compteur d’indices à trouver va même s’agrémenter au fur et à mesure des indices que vous collecterez chaque jour. Oui, chaque jour parce que le jeu est découpé en journées de recherche, lorsque le compteur est plein ou pas loin, on vous propose de passer à la journée suivante qui vous donnera accès à d’autres archives, documents, etc. Bref, de quoi passer quelques heures à comprendre l’histoire, enfin sur le papier.

Pas exempt de défauts
Le test que j’ai fait s’est réalisé sur une bêta, donc je vais passer rapidement sur les problèmes de sauvegarde qui m’ont fait recommencer le jeu deux fois. Cependant le jeu est dispo sur Steam à ce jour et j’ai encore des problème de sauvegarde concernant les vidéos que j’ai déjà regardé, ce qui peut être agaçant par moment. Mais l’un des gros soucis, se trouve dans l’immersion du jeu et de l’ambiance. L’ambiance, les décors et les costumes sont plutôt agréables mais les vidéos pèchent par l’acting, et la mise en scène de nos protagonistes. Dans Her Story on avait une actrice unique, qui répondait à des questions lors d’interviews par des policiers. Cette mise en scène simple, expliquait facilement le contexte et le pourquoi des vidéos avec des détails dans l’acting et la mise en avant du (peu) d’objets montrés dans les vidéo et dans le HUD des vidéos (dates et heures). Mais dans How to shoot a Criminal, toutes les scènes sont filmées et je ne cesse de me poser la question simple « qui filme tout ça ? », je sais que la question parait anodine, mais gênante. Par ailleurs, la mise en scène ne donne que très peu d’indications de date ou heure des éléments récoltés, et il est par moment difficile de trouver la chronologie de ces différents indices, parfois découpés en deux ou trois scènes, pour bien les interpréter. De plus, beaucoup d’informations qui semblent importantes que l’on peut voir ou entendre dans les scènes, comme des noms ou des dossiers, sont finalement inutiles puisque pas d’entrées autres. C’est un avis complètement personnel, mais l’acting est par moment pas terrible, un peu trop surjoué et parfois incohérent dans les dialogues, un détail encore, mais cependant dommage pour un jeu qui met autant d’effort dans l’ambiance.

Where’s Waldo?
Niveau gameplay, quelques petits détails qui vont encore déranger votre enquête, comme ne pas savoir exactement ce que l’on cherche. On est tous d’accord que c’est le but du jeu, mais à chaque fois qu’on tombe sur une piste intéressante, une voix off (qui représente votre protagoniste) vous indique que… non c’est pas intéressant. Un poil décourageant, tout comme les commentaires qui interviennent quand on bloque sur les recherches du genre « il faut croiser les indices que l’on a trouvé« … ah bon ?? De même, le compteur d’indices est utile, mais aurait été encore plus pratique s’il pouvait nous mettre en avant l’indice qu’on vient juste de trouver, l’expérience en serait bonifiée.

Achievements et durée de vie
A l’heure où j’écris ses lignes, je n’ai pas encore fini le jeu, et comme tous les jeux d’enquêtes, la durée de vie va être intimement liée à vos capacités à trouver le bon fil à suivre. Mais je dirais bien qu’une dizaine d’heures de jeu vous attendent ce qui pour un jeu de ce tarif (5,59€ sur Steam) est loin d’être une arnaque. Concernant les achievements, peu de succès à débloquer ici pour nos chasseurs (seulement 6) qui sont liés en partie à la complétion des vidéos, et autres documents.

Et donc ?
Alors c’est pas facile, oui le jeu n’est pas parfait et par moment un peu agaçant pour ses défauts mais pour un jeu de niche comme celui, et le fait que ce soit un studio indé, on pardonne vraiment facilement. Le tarif proposé est loin d’être du vol et surtout ça reste agréable de déterrer de vieux scandales à l’américaine. Malgré pas mal de petit points négatifs, je ne saurais que vous conseiller cet achat, surtout si vous êtes en manque d’enquêtes et de scandales.

Note : 6/10 (test réalisé par Zephiriel)

[TEST] How to Shoot a Criminal sur PC
Étiqueté avec :                                            

2 pesnées sur “[TEST] How to Shoot a Criminal sur PC

  • 31 janvier 2017 à 15 h 03 min
    Permalien

    Je connaissais pas ce jeu. Après avoir lu ton test je vais aller regarder de plus près. J’admire le retour des vidéos dans le jeu (à la manière de C&C) . Mais je suis pas super fan en général.
    Merci pour le test 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *