Après un second épisode disons le franchement décevant, BioWare se devait de relever la barre avec un nouvel épisode plus prometteur, plus beau, plus tactique, plus… plus plus ! Alors ? Est-ce que Dragon Age Inquisition, héritier de Baldur’s Gate, va engendrer une lignée digne de rentrer dans la légende ? Réponse tout de suite !

dragon_age_inquisition
Place ! Le nouveau héros est là !
Comme tous les bons RPGs du monde, le jeu commence avec une création de personnage comme il se doit et ici on n’échappe pas à la règle. Tout d’abord il vous faudra choisir votre race bien évidemment entre les humains, les elfes, les nains et Qunaris (qui ont vraiment une bonne gueule je trouve). Vient ensuite le choix de la classe, ici non plus pas de surprise entre le mage, le guerrier et le voleur. Pour ma part, je m’en sors avec une voleuse humaine qui a la classe (normal c’est la mienne !). Puis nous passons à la création/modification physique du personnage. Assez large comme le fait assez souvent BioWare finalement, mais ce qui étonne positivement c’est surtout la simplicité d’utilisation, un bon point !
Voilà votre beau perso sortit tout droit de l’enfer de la création ! Il peut enfin se lancer dans l’aventure qui commence assez fort, et surtout qui est là même pour tout le monde ! Pas de lieu différent suivant votre classe ici, tout le monde sera logé à la même enseigne, ce qui n’est pas plus mal, et surtout ne fait pas perdre trop de temps en introduction.
Directement lancé dans la bataille, voici qui me fait une très belle transition vers le cœur du jeu : La baston !

Dragon Age 1

Vanish, ambush et backstab !
Ici, nous avons un le droit à melting pot entre les deux premiers épisodes de la série. Je m’explique, dans un premier temps lorsqu’un combat débute vous êtes en mode baston classique en TPS, le mode Hack’n slash que l’on retrouve dans le second épisode. Le mode Friendly fire est activé, vous pouvez bourriner vos touches de combat et lancer vos sorts, parce que ça fait du bien et que c’est sans risque pour vos compagnons. Seulement si vous appuyez sur votre pavé tactile, un autre univers prend le dessus, celui de la pause tactique, si cher à nos rôlistes d’antan. Et si en plus vous voulez la jouer fine et que le mode Friendly fire est off, cela devient du grand art.
Pour ma part j’ai eu un peu de mal à me faire à la gestion de la caméra de la pause tactique sur la manette PS4, étant plus habitué au PC pour ce genre de choses. Mais après quelques temps d’utilisation, cela devient très agréable de switcher entre tous les personnages afin de prévoir quel buff mettre au bon moment, puis déplacer votre voleur dans le dos pour un bon backstab des familles.
Du coup, l’équipement de vos compagnons prend encore une fois une réelle importance, les stats de vos personnages n’étant pas modifiables par le changement de niveau mais uniquement par la gestion des “ressources” d’inquisition.
Les deux seules choses que vous allez contrôler ici, ce sont les nouvelles compétences acquises à chaque niveaux de vos personnages, et l’équipement qu’ils portent, avec les bonus de ses derniers. En ce qui concerne les compétences, à chaque point de compétence gagné, vous aurez un point à répartir dans une des différentes branches. Une fois le point réparti, vous débloquerez une capacité ou un bonus de capacité déjà acquis, facile, pratique mais terriblement difficile à choisir sur la fin.

Dragon Age 3

Stuff Stuff baby !
Pour le côté équipements, vous allez avoir pas mal de loot au cours de vos longues heures d’exploration. Et ce n’est pas plus mal, parce que si vous voulez perfectionner votre équipe vous allez y passer du temps. Déjà, le point négatif sur lequel je ne suis toujours pas remis : La gestion de l’inventaire. Bordel, en 2014 c’est toujours possible de faire un inventaire aussi lourd, aussi illisible et peu intuitif ? Sachant le nombre d’heures qu’on y passe c’est vraiment un point noir pour le jeu. Mais que ça ne vous décourage pas, car le système de craft disponible va vous permettre de modifier chaque détail de vos armes et armures, afin de créer l’objet le plus précis et le plus adapté à votre situation/personnage.
La modification sera disponible grâce évidemment à des plans et la récolte que vous ferez dans vos explorations et sans avoir besoin d’outils ou d’y passer des plombes, cela se fait assez naturellement. Avec un espèce de 7ème sens (et en appuyant sur L3) vous scannez la zone qui vous révèle les loots/ressources, un peu à la manière d’un Witcher 2.
En parlant de monde et d’exploration vous l’aurez compris, la bonne nouvelle est que le monde est enfin ouvert, ce qui rend l’univers du jeu extrêmement vivant, et fini les couloirs de forêt ! Celui induit aussi beaucoup de quêtes secondaires qui sont par moment un peu trop… classique dirons nous, mais qui ont le mérite de vous apprendre un peu plus sur le contexte et l’univers du jeu. La “roue” de dialogue si chère à BioWare est toujours présent, avec ses choix par moment extrêmement cruciaux pour la suite de l’histoire, et vous pourrez bien entendu tailler une bavette avec vos différents compagnons et plus si affinité… Sachant que les possibilités de relations amoureuses sont toujours présentes, le mariage pour tous, c’est un credo chez BioWare.

C’est un monde de toute beauuuuuté !
Pas de doute là dessus, graphiquement Dragon Age Inquisition est une vrai tuerie ! Les décors sont magnifiques, l’ambiance est réelle, dans le sens crédible. Les visages, dialogues, créatures, etc. tout est réellement beau. Un seul problème qui a du mal à passer même avec le temps reste la rigidité des personnages. On dirait bien que dans Dragon Age Inquisition tous le monde est né avec un balais dans le fondement, qu’on ne vous retire jamais en fait.
Musicalement, c’est toujours agréable, même si le thème n’est pas aussi beau et présent que pour un Skyrim, mais bon c’est honnête.

Dragon Age 2

Durée de vie ?
Hahaha ! Non sérieux vous le demandez vraiment ? Bon au hasard je dirais sans trop me tromper que 60 heures seront nécessaires pour finir la trame principale. Et si vous comptez faire les missions secondaire, vous monterez à près de 80. Bien que ces dernières soient là pour faire pas mal de remplissage, et justifier un monde ouvert et explorable.

Et les trophées ?
Bon courage pour le platine qui vous balance plus d’une centaine d’heures à la figure pour l’avoir. Avec quelques missables, le fait de faire 2 ou 3 runs complets, et surtout l’obligation de finir le jeu en Nightmare. Mais c’est possible !

Trophée Platine Trophées Or Trophées Argent Trophées Bronze Voir la liste des trophées pour Dragon Age Inquisition Trophées Bronze Trophées Argent Trophées Or Trophée Platine

L’inquisition vaincra !
Et oui ce sont les mots de la fin ! Parce que je vous conseil très largement de vous plonger dans cet opus qui est un vrai régal. Visuellement il vous en mettra pleins les yeux, les crafting va vous bouffer à un temps monstre, mais vous en serez fier, et l’histoire prouve que BioWare sait encore nous faire rêver. Dragon Age Inquisition est clairement un héritier de Baldur’s Gate !

Note : 9/10 (test réalisé par Zephiriel)

[TEST] Dragon Age: Inquisition sur PS4
Étiqueté avec :                                    

Un avis sur « [TEST] Dragon Age: Inquisition sur PS4 »

  • 19 décembre 2014 à 20 h 01 min
    Permalien

    Franchement je suis pas fan de RPG mais ce Dragon Age comme the Witcher me donne vraiment envie !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :